Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pays sans taxes (ou presque) pour les crypto-monnaies

Les crypto-monnaies sont relativement récentes (elles sont apparues en 2008) et ne disposent pas encore d’une réglementation étatique claire, mais elles sont déjà dans le collimateur des agences fiscales.

Et logiquement, la France ne fait pas exception : ici, les crypto-monnaies sont considérées comme faisant partie du patrimoine de l’individu et doivent être taxées en fonction de leur valeur au 31 décembre. En fonction de la valeur de celui-ci, il faudra présenter ou non l’Impôt sur la Fortune.

D’autre part, les profits et les pertes doivent être reflétés lors de la soumission de la déclaration de revenus. Cela signifie que de plus en plus de personnes sont intéressées par le fait de déménager dans des pays où ces monnaies numériques ne sont pas imposables ou, si elles le sont, le taux d’imposition appliqué est très faible.

Voyons quels sont les plus remarquables.

Monaco

Article principal : Monaco : Fiscalité et conditions de résidence fiscale

La principauté est l’un des endroits préférés des personnes riches et célèbres pour établir leur résidence sur le territoire européen lorsqu’elles recherchent un régime fiscal moins exigeant. Son régime fiscal établit que les résidents ne paient pas d’impôts sur le revenu, une mesure en vigueur depuis 1869.

Et si Monaco était déjà assez attractif auparavant, il l’est désormais aussi pour les détenteurs de crypto-monnaies, car il a adapté son régime de défiscalisation à l’environnement des crypto-actifs : la vente de ces devises n’est soumise à aucun type d’impôt à Monaco.

De plus, les banques du pays sont tout à fait conscientes des mouvements de crypto-monnaie.

Les Émirats Arabes Unis

Les Émirats Arabes Unis (EAU) ont réussi à attirer des milliers de résidents à fort pouvoir d’achat grâce à leur système de taxation zéro. Même les entreprises commencent à choisir ce pays et la dynamique Dubaï comme domicile fiscal.

Dans ce pays, la vente de crypto-monnaies est totalement exonérée d’impôts. Mais ils vont plus loin et encouragent leur utilisation pour l’achat de biens de grande valeur tels que l’immobilier et les voitures de luxe.

Depuis 2021, elle promeut une nouvelle réglementation pour faciliter le commerce des crypto-monnaies et des activités financières connexes dans ses zones franches (« zones de libre-échange »).

Andorre

Article principal : Cryptomonnaies en Andorre

Il n’y a pas d’exonération fiscale totale ici lors de la vente de crypto-monnaies, mais le taux applicable n’est que de 10%, considérablement inférieur à celui des autres pays de l’Union européenne.

De plus, l’Andorre a une loi sur les crypto-monnaies en développement, qui propose d’offrir d’importantes exonérations dans le paiement des impôts pour ceux qui vendent des crypto-monnaies , mais réinvestissent les bénéfices dans d’autres actifs dans le pays.

Le pays se positionne également comme l’un des plus intéressants pour le minage de crypto-monnaies, puisqu’il possède l’un des tarifs d’électricité les plus bas du continent et une connectivité à haut débit qui couvre l’ensemble du pays.

Singapour

Article principal : Fiscalité à Singapour

Le pays asiatique est devenu l’un des paradis pour les détenteurs de crypto-monnaie, car les particuliers et les entreprises qui en détiennent la propriété ne paient pas d’impôts s’ils les ont à des fins d’investissement à long terme. C’est parce qu’il n’y a pas d’impôt sur les gains en capital dans ce pays.

Dans le cas des entreprises basées à Singapour et dont l’activité principale est l’achat et la vente fréquents de crypto-monnaies, elles doivent payer des impôts sur les bénéfices. Et ceux qui acceptent ces devises comme moyen de paiement sont imposés selon les règles habituelles de l’impôt sur le revenu.

Portugal

Article principal : Crypto-monnaies au Portugal

Le Portugal, lui, est beaucoup plus respectueux des crypto-monnaies que la France : le commerce de crypto-monnaies et la réalisation de transactions avec elles sont totalement exonérés d’impôts. Ni la TVA ni l’impôt sur les plus-values ​​ne sont payés. Ils ne sont pas considérés comme des actifs financiers, de sorte que leurs rendements ne peuvent constituer des plus-values ​​ou des gains financiers.

Les entreprises qui acceptent des paiements ou offrent des services avec des crypto-monnaies doivent payer à la fois la TVA et l’impôt sur le revenu.

Malte

Article principal : Impôts à Malte

Malte a reçu le surnom de « l’île de la blockchain » et ce n’est pas par hasard. L’impôt sur les gains en capital pour les opérations de crypto-monnaie à long terme n’est pas appliqué sur son territoire. La TVA n’est pas non plus payée pour ces opérations.

Toutefois, si des transactions sont effectuées avec eux dans la même journée, les bénéfices devront être imposés à l’impôt sur le revenu.

Hong Kong

Comme à Singapour, les particuliers et les entreprises qui détiennent une crypto-monnaie en tant qu’investissement n’ont pas à payer d’impôt sur les plus-values. Dans le cas des entreprises dans lesquelles le commerce d’actifs numériques fait partie de leur activité, elles doivent payer l’impôt sur le revenu.

Gibraltar

Gibraltar est connu pour son laxisme fiscal, qui s’applique également en ce qui concerne les crypto-monnaies. Les investissements dans ces types de devises ne sont pas soumis à l’impôt sur les plus-values ​​ni à la TVA (car ces impôts n’existent pas sur ce territoire). Mais il existe un taux d’imposition des sociétés qui est fixé à 10% sur les bénéfices et qui est prélevé sur le trading de crypto-monnaie.

Les crypto-monnaies sont-elles vraiment de l’argent ? Peuvent-ils être considérés comme des actifs similaires à des actions ? Au niveau international, il n’y a pas de consensus sur des questions de ce genre. Par conséquent, chaque pays réglemente les monnaies numériques à sa manière, ce qui donne lieu à des régimes fiscaux très différents les uns des autres.

Comment faire le premier pas ?

Comme nous venons de le voir, alors que dans certains pays les ventes d’actifs cryptographiques sont fortement taxées, dans d’autres états ce n’est pas le cas. En conséquence, de plus en plus de particuliers et d’entreprises s’orientent vers une optimisation radicale de leur contribution fiscale.

Si vous souhaitez effectuer un changement de résidence fiscale, notre réseau international de collaborateurs locaux peut vous aider, alors n’hésitez pas à nous contacter via le formulaire ou à [email protected].

Et si vous ne savez toujours pas quelle est votre destination idéale, nous vous recommandons de télécharger gratuitement notre rapport « Les trois meilleures destinations fiscales du moment », disponible ci-dessous.

Picture of Andreu Capmajó
Andreu Capmajó

Tax director

Download the free report

The top three tax destinations
right now
  • Our favorite tax destinations for 2024
  • Explanation of their tax frameworks
  • How to get their residency

🔒 All communications are encrypted and will be treated with absolute confidentiality. Your data will never be shared with third parties.